Risques accouchement

Tout savoir sur les risques pendant l’accouchement

Les risques pendant la grossesse et l’accouchement

“La grossesse n’est pas une maladie”, voilà une maxime que les femmes enceintes ont l’habitude d’entendre. Pour autant, porter un enfant et accoucher n’a rien d’anodin. Même s’ils sont heureusement rares, des risques de complications existent, de la première semaine de grossesse jusqu’à la délivrance.

Retrouvez ici les informations clés 👇

Quand s’inquiéter pendant la grossesse ?

Si vous constatez l’un des symptômes suivants, nous vous conseillons de vous rendre aux urgences de votre maternité ou de consulter votre sage-femme au plus vite :

  • Les saignements : quelle que soit leur couleur, leur quantité ou le terme de votre grossesse, des saignements imposent une consultation médicale. Si les saignements font suite à un rapport sexuel (ou un toucher vaginal), qu’ils ne se produisent qu’une fois et ne sont pas abondants, il n’est pas nécessaire de consulter en urgence
  • Les chocs : si votre ventre a été heurté lors d’une chute ou d’un accident, il est indispensable de consulter en urgence pour s’assurer que la grossesse n’a pas été impactée
  • Fièvre alors que vous n’êtes pas malade : sans paniquer pour autant, nous vous conseillons de consulter rapidement si vous avez de la fièvre sans explication claire (grippe, gastro-entérite, etc.)
  • Vous ne sentez plus votre bébé bouger. C’est l’un des motifs d’inquiétude les plus fréquents. Si vous êtes dans ce cas, nous vous conseillons de manger quelque chose de sucré et de vous allonger afin de bien sentir votre bébé. Si au bout d’une heure, votre bébé ne vous a pas donné de signes rassurants, rendez-vous aux urgences de votre maternité.

Les sages-femmes pourront contrôler le rythme cardiaque voire faire une échographie pour s’assurer que tout va bien.
Globalement, il est essentiel d’être à l’écoute de votre corps pendant la grossesse. Si vous ne vous sentez pas bien ou observez des symptômes inhabituels, n’hésitez pas à consulter rapidement.

Quels sont les principaux risques pendant la grossesse ?

Le risque d’accouchement prématuré

La durée normale d’une grossesse est de 37 à 42 semaines. On parle d’accouchement prématuré lorsque l’accouchement a lieu avant la 37ème semaine. Accoucher avant terme n’est pas forcément synonyme de complications ou de séquelles pour la mère ou l’enfant mais nécessite une attention particulière avant et après l’accouchement. Selon l’enquête périnatale 2021 publiée par Santé publique France, 7% des naissances sont prématurées en France. Le risque d’accouchement prématuré n’est donc pas rare.

Voici les principales causes d’un accouchement prématuré :

  • l’hypertension artérielle et les complications qui y sont liées (prééclampsie, éclampsie, Hellp syndrom, hématome rétro-placentaire) : elle est la cause de 20% des accouchements avant 33 semaines.
  • les hémorragies (placenta praevia, hématome rétro-placentaire et toute autre forme d’hémorragie) : elles sont à l’origine de 20% des accouchements avant 33 semaines.
    la rupture prématurée de la poche des eaux : elle est à l’origine de 25% à 30% des accouchements avant 33 semaines.
  • le travail prématuré spontané. Parfois (dans 25% à 30% des cas), le travail se déclenche de manière prématurée sans raison évidente.

Vous l’avez compris, les causes d’un travail prématuré sont multiples. Même s’il n’y a pas de recette miracle pour l’éviter, voici quelques conseils qui permettent de diminuer le risque :

  • arrêter de fumer pendant la grossesse ou diminuer sa consommation de tabac
  • éviter les situations stressantes ou consulter un professionnel de santé si vous faîtes face à des moments de stress intenses difficiles à gérer
  • traiter rapidement toutes les formes d’infections

Le déclenchement

Pour 70% des femmes, la mise en route du travail se fait spontanément. Parfois, pour la santé de la maman et/ ou du bébé, l’équipe médicale doit “forcer” le démarrage du travail. Voici les principales raisons qui conduisent au déclenchement :

  • absence de mise en travail spontanée à terme
    perte des eaux (liquide amniotique) sans mise en travail spontanée
  • pathologies de la grossesse qui laissent craindre un accouchement difficile : diabète, macrosomie foetale (bébé attendu “trop” gros) ou au contraire un foetus en retard de croissance
  • pathologies maternelles comme la prééclampsie (dysfonctionnement du placenta)

Une fois que l’équipe obstétricale, en accord avec vous, a pris la décision de déclencher le travail, plusieurs techniques existent pour aider le col à s’ouvrir (décollement des membranes, méthodes hormonales locales, ballonnet) puis pour accélérer le travail en salle de naissances (rupture artificielle de la poche des eaux et administration d’ocytocine).

Comment éviter les risques lors de l’accouchement ?

Un accouchement n’est jamais un événement anodin et les risques existent toujours.

Certains risques sont identifiés par la sage-femme ou le médecin qui suit votre grossesse, avant même l’accouchement. Le choix de votre lieu d’accouchement dépend de l’évaluation de ces risques :

  • Si votre grossesse ne présente aucun risque particulier (la grande majorité des cas), vous pourrez accoucher dans une maternité de niveau 1 voire opter pour l’accouchement à domicile ou en maison de naissance si c’est votre choix
  • Si votre grossesse présente des risques, vous serez orientée vers une maternité de niveau 2 ou 3. Les maternités de niveau 2 disposent d’un service de néonatologie et peuvent accueillir des enfants prématurés de plus de 33 semaines. Les maternités de niveau 3 disposent d’un service de réanimation néonatale et peuvent accueillir les enfants grands prématurés (moins de 33 semaines) qui présentent notamment des risques de détresse respiratoire à la naissance en raison de l’immaturité de leurs poumons.

Certains risques liés à l’accouchement ne peuvent être anticipés. L’équipe médicale prend alors les décisions qui s’imposent pour la santé de la mère et de l’enfant.

Notre meilleur conseil est donc de faire confiance à l’équipe qui vous prend en charge.

Dans la grande majorité des cas, l’accouchement se fait par voie basse. Néanmoins, il est possible que vous soyez emmenée au bloc opératoire et afin d’avoir une césarienne en urgence. Qu’il se fasse par les voies naturelles ou par césarienne, il est essentiel de rappeler qu’il s’agit dans tous les cas d’un accouchement, et de la rencontre avec votre bébé

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous serez ainsi alerté lors de la publication de nouveaux articles dédiés à la grossesse, l’alimentation, l’allaitement, etc.

Je m’inscris à la newsletter
May Santé